Après Instagram, Facebook pourrait-il racheter un autre acteur majeur du monde mobile ? WhatsApp, la fameuse application multiplateforme de messagerie instantanée, compte des millions d’utilisateurs quotidiens et plusieurs centaines de millions d’inscrits.

Facebook Messenger, Samsung ChatOn, BlackBerry Messenger, eBuddy, Yahoo! Messenger, Windows Live Messenger Mobile, Skype, Kik Messenger, ChatPlus, etc. La liste des applications de messagerie instantanée pour appareils mobiles est particulièrement longue. Certaines sont spécifiques à des OS, d’autres sont multiplateformes et gèrent plusieurs protocoles, et bien sûr, toutes n’ont pas les mêmes succès ni les mêmes options.

WhatsApp est certainement l’une des applications les plus connues dans le monde mobile. Fonctionnant sur Android, mais aussi iOS, BlackBerry OS, Symbian et Windows Phone, le logiciel est disponible dans une dizaine de langues. Et son succès semble réel, sachant qu’il a passé la mythique barre des 100 millions de téléchargements, ceci uniquement sur Google Play. Une barrière atteinte seulement par Facebook, Twitter, Angry Birds, Skype, Google Maps, Gmail, Street View dans Google Maps, et Recherche Vocale. Même des applications comme Shazam, Temple Run, Google Earth ou… Instagram n’ont pas passé cette barre des 100 millions d’installations.

WhatsApp, sans grande publicité et uniquement sur le bouche à oreille, est ainsi devenue une application à part dans le monde, surpassant même Instagram sur Play, bien que ce dernier ne soit disponible que depuis peu sur la plateforme de Google, contrairement à WhatsApp. L’an passé, l’application atteignait d’ailleurs déjà le milliard de messages par jour, soit 41,666 millions de messages par heure, 694 444 messages par minute et 11 574 messages par seconde. Un nombre passé à 10 milliards par jour en août dernier.
Chez WhatsApp, on est 0 % pub

Et ce succès ne serait pas passé inaperçu auprès de Mark Zuckerberg, le président de Facebook, qui pourrait bien croquer la start-up selon TechCrunch. Un problème de taille existe toutefois. WhatsApp est une application payante sur iOS – gratuite la première année sur les autres plateformes, puis 0,99 $/an – et sans publicité. ll faut dire que les créateurs de WhatsApp détestent la publicité.

Dans un post publié sur leur blog le 18 juin dernier, les fondateurs de WhatsApp ont ainsi expliqué pourquoi ils n’affichaient aucune publicité. Ce post débute par une citation de Tyler Durden de Fight Club, que je vous livre en version originale : « Advertising has us chasing cars and clothes, working jobs we hate so we can buy shit we don’t need. »

En somme, les créateurs de WhatsApp n’aiment pas la publicité. Une vision totalement opposée à celle de Facebook, qui pourrait créer quelques problèmes en cas de rachat.

facebook


Commentaires




Article rédigé par Laurent Diberg