MSN, alias WIndows Live Messenger, va petit à petit disparaître de l’univers Microsoft au profit de la messagerie instantanée Skype, rachetée en mai 2011.

C’est officiel, Microsoft abandonne Windows Live Messenger – plus connu sous le nom de MSN en France – au profit de Skype. Les utilisateurs de la messagerie instantanée de Microsoft, extrêmement populaire dans l’Hexagone avec 18,7 millions d’usagers chaque mois, vont être progressivement redirigés vers le logiciel de chat Skype.

Ce dernier, racheté par la firme américaine 8,5 milliards de dollars (6 milliards d’euros) en mai 2011, a été totalement intégré dans Windows 8 et Windows Phone 8 (tout étant disponible sur Android, iOS, Mac et différentes plateformes TV). L’heure est maintenant venu de progressivement diriger les utilisateurs de MSN – ils sont 100 millions chaque mois dans le monde – vers Skype (280 millions). La bascule définitive sera dans le courant du premier trimestre 2013.
Plusieurs mois pour s’habituer

“Nous voulons qu’ils se familiarisent progressivement avec le nouvel outil et qu’ils trouvent leurs marques, explique Linda Summers, directrice marketing de Skype. Nous leurs laisserons plusieurs mois pour s’habituer et faire la transition en douceur.”

Concrètement, chaque utilisateur de MSN peut se connecter dès à présent sur Skype avec son identifiant Microsoft et lancer une discussion avec ses contacts depuis la nouvelle interface. Il est aussi possible de créer une passerelle entre les deux comptes sans les fusionner, utile quand on utilisait précédemment les deux outils avec des personnes issues d’univers différents.

“Nous en sommes vraiment à la première étape, qui est de mettre en relation les deux communautés. Nous attendons de voir comment le nouvel outil sera pris en main avant de songer à l’étape suivante”, précise Linda Summers. Pas de panique pour les utilisateurs de MSN/Windows Live Messenger, il leur reste encore quelques mois avant de voir le logiciel, créé en 1999, disparaître définitivement.

skype-msn


Commentaires




Article rédigé par Laurent Diberg